Mix Mex *

d’après Luis Sepúlveda | Cie Tro-Héol | dès 6 ans [création]

24 mars | ven 20h | Espace Culturel Robert Doisneau

À DEUX C’EST MIEUX

Une réconfortante histoire d’amitié entre un chat aveugle et une petite souris signée Tro-Héol.
Spectacle pour les petits (dès 4 ans), Mix Mex s’affiche comme un pas de côté, une respiration, dans le parcours de Tro-Héol, compagnie de théâtre d’objet souvent invitée à MARTO ! et qui nous avait plutôt habitués aux sujets dramatiques. Non pas que cette histoire inspirée d’une nouvelle de l’auteur chilien Luis Sepulveda ne comporte pas sa part de tragique — le chat devient aveugle ! — mais le ton prédominant est à la tendresse.

JPEG - 227.7 ko
Mix Mex

Conçu par des amoureux des chats (Martial Anton est intarissable sur le sujet), pour les amoureux des chats, Mix Mex instaure d’emblée une complicité avec la salle. On sourit parce qu’on sent qu’il y a du vécu derrière ces saynètes où l’animal se couche sur le bureau où le protagoniste est en train d’écrire, et quand il bondit sur le stylo comme sur une proie quitte à lui saboter sa lettre de candidature toute fraîche pour un nouveau boulot.
Si la première partie est plutôt racontée du point de vue de l’humain, la 2e partie se passe uniquement entre animaux. Au soin apporté à la fabrication du félin — l’objet même évoque la douceur — s’ajoute une très belle qualité de manipulation de la part des deux acteurs très impliqués dans leurs personnages d’animaux auxquels ils donnent vie par des petits détails, une façon de miauler ou de se pelotonner…
Mais le détour par ce spectacle “doudou”, selon les mots mêmes du metteur en scène Martial Anton, permet aussi de revendiquer des valeurs comme l’amitié, l’entraide et le respect plutôt que la compétition ou la prédation. On adhère.

Maïa Bouteillet


dès 6 ans
durée 50 min
Mise en scène et adaptation : Martial Anton
Collaboration artistique Daniel Calvo Funes
Avec Christophe Derrien et Sara Fernandez
Régie lumières, son et bruitages : Matthieu Maury
Création des marionnettes : Maïté Martin
Scénographie : Martial Anton et Maïté Martin
Lumières : Martial Anton
Construction décor : Michel Fagon
Musique : Vincent Guerin
Création des séquences vidéos en stop-motion : Matthieu Maury
Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis de Luis Sepúlveda est édité en France aux Éditions Métailié
Production  : Tro-Héol
Partenaires : MJC Ti an Dud, Douarnenez - Très tôt théâtre, Quimper

À travers la Cerisaie

d’après Anton Tchekhov | Vera Rozanova [création]

21 mars | mar 20h30 | Théâtre Jean Arp

RUSSIAN BLUES
_ Adapter La Cerisaie en théâtre d’objet et en 1heure de temps, gonflé non ?
Et pari tenu. Le spectacle apporte une nouvelle preuve, s’il en fallait, que La Cerisaie pièce ultime d’Anton Tchekhov qui a connu bien des versions scéniques, n’est pas prête de se tarir. Œuvre crépusculaire autant que visionnaire, monument de la littérature dramatique maintes fois commentée, la pièce est presque sacrée en Russie et pas loin de l’être en France. Ce qui n’a pas dissuadé Véra Rozanova, jeune artiste Russe passée par l’École nationale supérieure des arts de la marionnette et désormais installée en France, de s’y frotter.

Consciente de l’énormité de l’entreprise entamée en 2014, grâce à un compagnonnage du Théâtre aux mains nues, Véra Rozanova, qui s’est parfois découragée, n’en revendique pas moins sa Cerisaie intime. « Chacun de nous a sa propre Cerisaie, dit-elle. Je ne suis pas Peter Brook ou Peter Stein, je suis une femme russe, née dans une ville, dans un pays, dont les noms ont changé, je vis en France, et je me retrouve comme tant d’autres prise entre deux mondes, deux époques. Cette pièce je la sens, elle me questionne, elle me travaille. Je me retrouve dans chacun des personnages ». À l’évidence, ce spectacle met autant en scène La Cerisaie elle-même que le rapport de la marionnettiste à la pièce et à son pays. Un pays dont elle questionne l’héritage et la dérive.

Tout entier porté par la jeune femme qui assure la narration, les dialogues (avec son bel accent russe), le jeu autant que la mise en place parfois compliquée des objets, le spectacle doit encore gagner en fluidité mais il témoigne avec sincérité d’un manque, d’une douleur liée à l’absence. Certes, un peu de Rozanova se retrouve dans tous les personnages mais on la voit plus encore derrière les traits de la petite marionnette — la seule au milieu de tout un bric à brac d’objets — qui endosse le rôle de Charlotta. L’artiste, l’étrangère, qui n’a personne sur qui se reposer, un personnage secondaire et pourtant essentiel de la pièce.
Longuement mûrie, cette Cerisaie bénéficie de la véritable intelligence dramaturgique avec laquelle Vera Rozanova a sélectionné ses objets pour incarner les personnages et la façon dont elle a imaginé les faire évoluer pour marquer le passage du temps qui est au cœur de la pièce. Un réveil matin pour Lopakhine, ce fils de serf enrichi qui sait que le temps c’est de l’argent et s’apprête à acheter la propriété, un samovar pour Lioubov, qui a laissé son cœur en France et se laisse porter par les événements, et un moulin à café mécanique pour Firs, le serviteur si vieux qu’il fait partie des meubles…

Par moment la jeune femme s’éloigne du texte de Tchekhov pour servir ses commentaires sur l’évolution de son pays. La chambre des enfants qui tire des larmes à Lioubov et à son frère Gaev devient ici le pays natal. Vera Rozanova ira-t-elle jouer là-bas ? Pas sûr que son jeu de poupées russes y soit du goût de tout le monde.

Maïa Bouteillet

› réservation en ligne pour le spectacle

JPEG - 645.1 ko

dès 14 ans
Conception, mise en scène et interprétation Vera Rozanova
Création lumière, regard extérieur Lucas Prieux
Création costume Nawelle Aïneche
Création sonore Thomas Demay
Regard sur la chorégraphie Camille Prieux

Soutiens : Théâtre aux Mains Nues, Lieu Compagnie marionnette missionné pour le compagnonnage en Île-de-France (production déléguée dans le cadre d’un compagnonnage de Vera Rozanova)
La Nef - Manufacture d’utopies dans le cadre d’un compagnonnage du Collectif 23h50, soutenu par le Département de la Seine-Saint-Denis.
Institut International de la Marionnette, dans le cadre du programme Création/ Compagnonnage, soutenu par la région Champagne Ardenne. Bouffou Théâtre à la Coque, Theatre Massenet.
Pré-achats : Théâtre Jean Arp - Scène conventionnée de Clamart, Théâtre aux Mains Nues
Le projet À travers la Cerisaie a reçu une aide financière de SPEDIDAM.

Une poignée de gens… Quelque chose qui ressemble au bonheur

Vélo Théâtre [création]

25 mars | sam 18h & 20h30 | Théâtre des Sources

C’EST QUAND LE BONHEUR ?

Avec Une poignée de gens… Le Vélo théâtre créé un spectacle participatif sur le thème du bonheur.

Le bonheur est-il soluble dans le collectif ? Ou serait-ce au contraire une question plutôt intime ? Le Vélo théâtre, qui limite la jauge de sa nouvelle création au chiffre suggestif de 69 personnes, n’apporte pas de réponse mais nous invite à cheminer avec ces questions en filant la métaphore du voyage sur les traces de deux agents ferroviaires.

Un ticket d’embarquement et, hop, chacun cherche sa place dans un espace amené à évoluer tout au long du spectacle. La scénographie se construit à mesure que les spectateurs — “les voyageurs” disent ceux du Vélo — se déplacent avec leur chaise. À chacun la sienne, à chacun sa place. Serait-ce ça le bonheur, trouver sa place en ce monde confus et s’y poser ? La réponse appartient à chacun et varie sûrement selon les générations.
Alors l’équipe du Vélo est allée y voir de plus près, questionnant des habitants petits et grands dont on percevra furtivement la présence en projection vidéo. “Ce dont nous avons envie c’est avant tout de créer une complicité avec le public”, expliquent Tania Castaing et Charlot Lemoine qui jouent le jeu du spectacle participatif jusqu’au bout, sans filet, c’est-à-dire sans texte, et sans garantie aucune de résultat jusqu’à la première, puisque le spectacle c’est les spectateurs qui le font.

Installés à Apt depuis plus de vingt ans, où ils ont transformés une ancienne fabrique de fruits confits (la spécialité locale) en un chaleureux théâtre, Tania Castaing et Charlot Lemoine, formés l’un et l’autre aux Beaux-Arts, cultivent le bien recevoir depuis toujours. Modifiant la scénographie de leur lieu à chaque nouvelle création, ils soignent particulièrement l’accueil et les à-côté. La très grande table dans la cuisine de la maison nous rappelle que le Vélo théâtre c’est aussi depuis des décennies un lieu de résidence et de compagnonnage pour nombre de compagnies comme ce fut le cas pour le Théâtre de l’Entrouvert d’Elise Vigneron installée aujourd’hui dans la même pépinière d’entreprises, et dont on aperçoit le visage en vidéo parmi Une poignée de gens. On retrouve, dans un joli final, la prédilection du couple d’artistes pour les objets miniatures. Vous avez trouvé votre place ?

Maïa Bouteillet

› réservation en ligne pour le spectacle


Durée 1h15
Tout public, à partir de 10 ans
Auteurs Vélo Théâtre (Charlot Lemoine, Tania Castaing, José Lopez et Fabien Cartalade)
Mise en scène et dramaturgie Charlot Lemoine, Tania Castaing et Catherine Poher
Assistant à la mise en scène Nicolas Joray
Interprètes Charlot Lemoine, Tania Castaing, José Lopez et Fabien Cartalade
Installations plastiques Philippe Lefebvre dit Flop
Musique Fabien Cartalade
Lumières José Lopez
Appui technique et vidéo Ateliers du spectacle

Production : Vélo Théâtre
Coproduction : Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières (08), La Garance – Scène Nationale de Cavaillon (84), Le Carreau – Scène Nationale de Forbach et de l’Est Mosellan (57), Théâtre Jean Arp – Scène conventionnée pour les Arts de la marionnette, le Théâtre d’objets et autres formes mêlées de Clamart (92)
Le Vélo Théâtre bénéficie du soutien de l’Etat / DRAC PACA, de la Région PACA, du Département de Vaucluse, de la Ville d’Apt et de l’Institut Français lors de ses tournées à l’étranger.