LE POIDS DES ANS

GO ! | 27 nov › 2 déc

AVEC GO ! POLINA BORISOVA JOUE D’ORES ET DÉJÀ DANS LA COUR DES GRANDS.

Elle est extraordinaire Polina Borisova !

Dès l’instant où la jeune artiste de 33 ans apparaît sur le plateau, le pas traînant, les cheveux blanchis et le corps courbé par les ans, à n’en pas douter, elle est cette vieille femme au soir de sa vie. Sa marionnette c’est elle, ce corps usé qu’elle endosse en une véritable métamorphose. Bien sûr, il y a le masque qui transforme le visage poupin mais l’âge est passé par tout le corps : la démarche dandinante — provoquée, on l’imagine, par des douleurs de hanche — lente et mal assurée, le dos tassé et la maladresse des doigts — l’adresse des gestes de l’artiste pour signifier la maladresse de son personnage… Polina Borisova a longuement mûri son sujet.
Et puis il y a cette façon incroyable de convoquer tout un monde à coup de ruban adhésif. Outil qu’elle manie avec souplesse, comme le graphiste son crayon. Car c’est bien de dessin dont il s’agit ici, réalisé sur l’espace d’un rideau noir où le trait tient lieu de mot.

L’histoire de Go ! est simple mais elle est nourrie d’une ample réflexion et d’une compassion qui n’empêche pas l’humour. Dans la solitude de sa vieillesse, une femme se souvient de sa vie passée, de toutes nos vies. D’un îlot de lumière à un autre — cette lumière qui faiblit avec le grand âge — le personnage tire le fil de ses souvenirs, convoque les amis, les amours enfuis, recolle les morceaux. La silhouette d’un homme, un poêle à bois dans lequel on enfourne un paquet de lettres, une valise marquée par le grand voyage de la vie, un chat à la fenêtre et des petits crayons d’écolier qui dansent… La bande-son où l’on perçoit des chants soviétiques vient en renfort du jeu scénique pour réveiller notre imaginaire. Polina Borisova manie l’ellipse et le détail en orfèvre, avec la précision de quelqu’un qui a déjà beaucoup travaillé. Go ! est le premier spectacle que la jeune marionnettiste russe signe de A à Z en vraie condition professionnelle mais elle a déjà un solide parcours artistique derrière elle. Née à Omsk, en Sibérie, au sein d’une famille de marionnettistes sur trois générations, elle a étudié la conception et la fabrication des marionnettes à l’Académie nationale d’art théatral de Saint-Peterbourg et participé à différents projets artistiques avant d’intégré la septième promotion de l’École supérieure des arts de la marionnette de Charleville-Mézières en 2005. C’est là que Polina Borisova a perfectionné son jeu d’actrice et de clown, son approche très physique de la marionnette.
On sort de Go ! avec la touchante certitude d’avoir assisté à la naissance d’une grande artiste.


Maïa Bouteillet


INTERVIEW

LA PRESSE EN PARLE