Pantins de nuit

Nuit de la Marionnette 13-14

Carton plein pour la 5e Nuit de la marionnette au Théâtre Jean Arp de Clamart qui a attiré pas mal de curieux et un vrai public de fidèles.

Vidéo de la 5e Nuit de la Marionnette


La Nuit de la Marionnette 5e par THEATRE71

La soirée s’est ouverte dans la grande salle sur le très beau spectacle Costumes trop grands de la compagnie Stereoptik, dont on avait applaudi Congés payés l’an dernier dans le même cadre. Costumes trop grands déploie une sorte de road movie amoureux qui se construit ingénieusement sous nos yeux en peinture, dessin et théâtre d’objets et, surtout, par la magie du pinceau de Romain Bermond qui en quelques traits bien sentis révèle un paysage changeant sous nos yeux.

Le public s’est ensuite dispersé sur les pas d’un des cinq groupes pour découvrir les différents spectacles. Une bonne dizaine au total — la plupart se jouant quatre fois — sans compter les impromptus des jeunes élèves du Théâtre aux mains nues qui ont proposé avec beaucoup de gaieté atelier gaine et concours de dessin au détour des couloirs.

La compagnie Punchisnotdead, qui n’en n’est pas à sa première Nuit de la marionnette, a mis de l’ambiance au cinéma avec Ring’art, catch d’impro à gaine très participatif.

Saluons la performance de Pierre Porcheron qui dans Y’a quelque chose de pourri rejoue Hamlet à lui (presque) tout seul et avec quelques objets tout de même : Hamlet est une fourchette, Ophélie, une rose, Gertrude, une théière… Et ça marche !

Participatif aussi, le Grand Guignol a joué à fond la provo’ — ce qui n’a pas forcément été du goût de tout le monde. Impossible de tout voir bien sûr mais on était ravis d’entrer Dans l’atelier du TOF Théâtre, malgré le froid régnant au marché (merci pour les couvertures !), et de découvrir le joli Clic de la toute jeune compagnie des Fourmis grâce à leurs supers lunettes 3D. Nouveau rendez-vous commun vers 2h du matin avec 2h14 de la compagnie Le Bruit du frigo, avant d’entamer le sprint final …
Bravo à toutes les compagnies et à tous les spectateurs ! Plus de 150 spectateurs à 5h du matin !!!

Cette Nuit était dédiée à Alain Recoing, grand marionnettiste à gaine, pédagogue, fondateur du Théâtre aux mains nues, dans l’un des coins les plus déshérités de Paris, et homme engagé, disparu le 14 novembre à 89 ans.

Maïa Bouteillet