Les mots des directeurs

2013

Le Théâtre de Châtillon rejoint cette année, pour la première fois, le festival MAR.T.O. Nous nous réjouissons de participer à cette belle aventure artistique commencée il y a 14 ans. Véritable temps fort autour de la marionnette et de l’objet sous toutes ses formes, ce festival offre un moment rare et intense de partage entre artistes et publics. C’est aussi la possibilité donnée aux acteurs culturels de notre territoire de réfléchir, de travailler, de construire ensemble un événement artistique fédérateur.

Pour cette première, le Théâtre de Châtillon, fidèle aux engagements de son projet artistique, a choisi d’accompagner « À part être », première création « grand format » de Carine Gualdaroni, jeune artiste sortie de l’École nationale des Arts de la Marionnettes il y a 2 ans.

Aux confins de la danse, de la marionnette et de la manipulation d’objets, « À part être » propose un jeu sur les apparences, la transformation qu’opère le vêtement qu’on enfile tel un masque, une seconde peau.
Entre habillages et déshabillages, noir et transparence, beauté et chaos, « À part être » tente de révéler ce qu’il y a à l’intérieur de cette boule à facettes identitaires qu’est notre corps.
Une découverte à partager fin novembre.

Christian Lalos
Théâtre de Châtillon


Un spectacle en tournée depuis 12 ans, et les toutes premières représentations d’une nouvelle création : cette saison, le temps suspend son œuvre à Châtenay-Malabry.

D’abord le Tof Théâtre, avec lequel nous entretenons un compagnonnage fidèle et régulier. Les Zakouskis érotiks ont presque l’âge du festival MAR.T.O ! C’est avec beaucoup de plaisir que nous les avions accueillis en 2005, alors que nous étions installés à Antony. Recevoir les Zakouskis à La Piscine, c’est offrir un terrain de jeu grandiose à ces saynètes si savoureuses. C’est aussi les offrir à un nouveau public, et ce faisant, montrer la variété des sujets qu’abordent les compagnies d’aujourd’hui !

Ensuite la création d’Emmanuel Audibert, que nous sommes ravis d’accueillir au moment-clef de son projet. La démarche pleine d’intelligence de cet artiste que nous connaissons bien est à l’image des possibilités qui s’offrent à la marionnette d’aujourd’hui : une manipulation ultra-moderne et une démarche résolument artisanale. Cela fait plusieurs mois que nous rêvons des créatures d’Emmanuel, et nous avons hâte de les voir prendre vie !

Contribuer à l’émergence d’un « répertoire » de l’art de la marionnette, et soutenir la prise de risque des jeunes créateurs ; montrer un peu de la diversité de cet art, depuis les expositions et les installations plastiques du Tof Théâtre jusqu’aux créatures automatisées d’Emmanuel Audibert : des enjeux que nous défendons chaque saison, et continuerons de défendre au sein du Festival MAR.T.O.

Marc Jeancourt
Théâtre Firmin Gémier / La Piscine


Cofondateur du Festival MAR.T.O., le Théâtre Jean Arp est aujourd’hui identifié par le Ministère de la Culture – Drac Île-de-France comme scène conventionnée pour la
marionnette, le théâtre d’objets et autres formes mêlées.
Du 23 novembre au 8 décembre nous accueillerons :

· La 5ème Nuit de la marionnette avec 10 compagnies de 19h30 à 6h du matin.
Des spectacles à tous les étages (grande salle, bureau, cinéma, loges, parking, etc).
Au programme :

Costumes Trop Grands - Cie Stéréoptik,
2H14 - Cie le Bruit du Frigo/Dinaïg Stall,
Héraclès – Cie Via Verde/Pascale Toniazzo,
La Gaine part en Impro – Cyril Bourgois/Brice Coupey,
Dans l’Atelier – Tof Théâtre/Alain Moreau,
L’Etrange Cas – Cie Volpinex/Fred Ladoué,
Grand Guignol – Samuel Beck, …
+.

· Une programmation marionnettique hors les murs à l’Orangerie du Domaine de
Sceaux avec le spectacle Ombre Claire de et avec Claire Heggen.

· Une création venue tout droit de Bruxelles du Night Shop Théâtre, Silence, avec
Isabelle Darras et Julie Tenret, deux marionnettistes belges déjà accueillies au
Théâtre Jean Arp.

· VieLLeicht, un spectacle de Melissa Von Vépy, à mi-chemin du cirque et de la danse, inspiré du texte de H Von Kleist Sur le Théâtre de Marionnettes.

Si nous nous inscrivons pleinement au sein du festival MAR.T.O. avec la Nuit de la
Marionnette et, chaque année, deux ou trois propositions supplémentaires, nous
développons également tout au long de notre saison une politique en direction de ce champ artistique : co-production, accueil en série, courte résidence de création, arts de la rue, action culturelle en lycée, ouverture d’un 3ème cycle spécialisé au conservatoire Henri Dutilleux de Clamart, stage…

Au total une trentaine de compagnies marionnettiques seront accueillies au Théâtre Jean Arp sur la saison 2013/2014. De la compagnie 3.6.30 de Bérangère Vantusso au Bouffou Théâtre de Serge Boulier, de la jeune marionnettiste Dinaïg Stall à Alain Moreau et son Tof Théâtre, en passant par Cyril Bourgois ou Brice Coupey, c’est à un véritable panorama de la marionnette auquel nous vous convions.

Farid Bentaïeb
Théâtre Jean Arp


Aucun MAR.T.O ne se ressemble et c’est ce qui est passionnant.

D’une année à l’autre, se pencher sur une esthétique différente, passer de l’objet à la marionnette, de la gaine au bunraku, de l’intime au très grand, du texte contemporain au visuel, d’une compagnie bretonne à un collectif venu de l’autre bout du monde… Tout cela met du piment dans la cuisine de ce Festival décidément audacieux.
Après la petite forme pour playmobils de Johanny Bert et l’expo miniature du Bob Théâtre la saison passée, le Théâtre des Sources invite la prestigieuse Handspring Puppet Company à occuper la scène du théâtre avec leurs grandes marionnettes. Les personnages semblent prendre vie entre les mains des six artistes du Handspring, virtuoses de la manipulation et experts en poésie ! Collectif actif depuis plus de trente ans, le Handspring a la particularité de faire appel à des metteurs en scène invités et c’est la sensible Janni Young qui s’est
attelée à Ouroboros d’après des poèmes de Bill Collins. Spectacle principalement visuel, il conte le combat pour l’amour d’un poète et d’une danseuse dans l’Afrique du Sud marquée par l’Apartheid.
Ouroboros est accueilli dans le cadre de la Saison France-Afrique du Sud.

Laurence Ackermann
Théâtre des Sources


Pour cette 14ème édition du festival MAR.T.O., une fois encore le Théâtre 71 affirme résolument son engagement envers la création. Aussi, avec la présentation du spectacle 4M4A, quatre mythes, quatre auteurs, le nouvel opus composé par la compagnie Flash Marionnettes, la Scène Nationale renoue avec des fidélités tout en soutenant des artistes à un moment décisif de la vie d’une troupe que ceux-ci fondèrent en 1981.

En outre, cet accueil soulignera le profond attachement du Théâtre 71 aux auteurs
d’aujourd’hui et aux textes contemporains. Ainsi, 4M4A fera l’objet de commandes d’écriture à des personnalités telles que Lise Martin, Karin Serres ou encore Philippe Dorin, une spécificité portant la marque personnelle de la compagnie. Dans le cadre du festival, cette nouvelle et prometteuse création marionnettique qui revisitera de façon ludique et singulière les mythes antiques sera présentée pour la première fois en Île-de-France sur le plateau de la Scène Nationale.

Pierre-François Roussillon
Théâtre 71


Mettre en scène et en marionnettes les éclopés de la vie et inadaptés de la société n’est pas une chose circonstancielle pour la compagnie Les Sages Fous, c’est quasiment une démarche fondatrice.
Les personnages à qui Jacob Brindamour (normal avec un nom pareil !...) et ses complices aiment à donner vie se situent souvent au croisement de la blessure et de l’innocence. Cela donne un improbable univers dans lequel Les triplettes de Belleville auraient pu faire un enfant avec E.T.
Ainsi va Le Cirque orphelin, dans lequel deux biffins fouillent les poubelles et transforment les ordures en petites pépites d’humanité, fragiles et poétiques. Mais sont-ils si vertueux ces deux pauvres chiffonniers ? Quelle est la frontière entre la réhabilitation des objets abandonnés et leur honteuse exploitation ?
Avec Le cirque orphelin, l’ambiance est à l’incongru, à l’étrange, au paradoxal ; le trivial y flirte avec le poétique et vice-versa.
Le Festival MAR.T.O. offrira l’unique occasion de voir Les Sages Fous en France pour la saison 2013/2014.

Marie-Lise Fayet
Théâtre Victor Hugo