Châtillon

Blick théâtre : le corps de la marionnette

[Hullu]

INTERVIEW DE MAÏA BOUTEILLET

Voici trois jeunes gens qui sont arrivés à la marionnette par les voies détournées du cirque. Leur credo ? la différence.

Johanna Ehlert, Loïc Apard et Matthieu Siefridt, les trois fondateurs du Blick théâtre, viennent de Toulouse. Les deux premiers se sont rencontrés à l’école du cirque du Lido. Le troisième vient aussi du cirque, du théâtre gestuel, de la danse et a même été cascadeur. Ils ont d’abord cheminé ensemble au sein de la compagnie Le Boustrophédon dont l’étonnant spectacle Court-miracles, qui met en scène quelques éclopés de la guerre, a beaucoup tourné.
C’est là qu’on a découvert leur incroyable capacité, presque contorsionniste, à se fondre dans le corps de la marionnette, à créer des marionnettes avec des bouts de corps humains, leur “théâtre de faux semblant”, comme ils appellent ça. Du cirque d’illusion. Et c’est vrai qu’on passe un bout de temps à comprendre comment ça marche et par où ça passe.
Au cœur de Court-miracles, se trouvait la question du corps meurtri, du handicap physique. Avec [Hullu] (prononcer oulou) spectacle fondateur de leur nouvelle compagnie, le Blick théâtre, ils abordent cette fois la question du handicap mental, de l’autisme. On retrouve les marionnettes masque façonnées par Johanna Ehlert et leur façon très corporelle de jouer avec celles-ci mais le ton est plus grave, le décor a changé. L’espace de la scène évoque un espace mental enfermé, fractionné, isolé. Le ton clownesque du précédent spectacle n’est plus de mise. Les lumières sont blanches, presque froides, le plateau est quasi vide, minimal en tout cas. L’autisme et ses mystères ne leur est pas tout à fait étranger puisqu’ils interviennent tous les trois à des degrés divers auprès de personnes handicapées. Loïc Apard, lui, a d’abord été éducateur afin de se former au cirque.

« Intégrer quelqu’un dans un monde auquel il n’est pas adapté, n’est ce pas créer d’autres souffrances ? Pourquoi a-t-on tant de mal à supporter cette différence ? Est-ce parce qu’elle nous renvoie à notre propre différence, à notre propre incompréhension du monde ? » s’interroge Johanna Ehlert, à l’origine du projet, dans son texte d’intention. Et qu’est ce qui provoque la souffrance : « la folie ou la différence ? Sa différence ou celle des autres ? Est-ce lui qui n’arrive pas à comprendre son entourage ou est-ce son entourage qui ne le comprend pas ? » Loin d’apporter des réponses et d’adopter un regard médecin, les trois protagonistes qui ont construit leur spectacle au plateau, par l’impro, par le corps, interrogent la norme et portent un regard sensible sur ces « autres », qui les renvoient à leur propre différence.

Maïa Bouteillet

[HULLU]

Blick Théâtre | durée 1h

4 & 5 DEC | jeu, ven 20h30 | Théâtre de Châtillon

Gens ordinaires et êtres biscornus cohabitent sans toujours se comprendre. Les frontières entre les corps et les marionnettes deviennent floues. L’illusion nous trouble et nous ne savons plus vraiment qui agit sur qui… Entre arts du cirque et de la marionnette, cette proposition originale aborde la solitude, le handicap et le le regard de la société sur les différences.

<sjcycle128|center>

Voir la vidéo ›
http://youtu.be/116Ui8lTwDc

Auteur et interprètes Loïc Apard, Johanna Ehlert, Matthieu Siefridt, sur une idée originale de Johanna Ehlert | Metteur en scène Dominique Habouzit | Marionnette, manipulatrice Elise Nicod | Conception des marionnettes Johanna Ehlert | Composition musicale et sound design Sébastien Guérive
Production Blick Théâtre | Coproductions Groupe Geste(s) | Coproductions et accueil en résidence L’Odyssée, Scène conventionnée de Périgueux - Pronomade(s) en
Haute-Garonne, centre national des arts de la rue – Dommelhoff, Theater op de Markt, Neerpelt (Belgique) - Centre culturel et Ville de Ramonville - Théâtre du Vésinet - L’Archipel, pôle d’action culturelle de la ville de Fouesnant-les-Glénan - Ax Animation, Ax les Thermes - Act’en Scène, La Bastide de Sérou - Théâtre au fil de l’eau, Pantin. Soutiens Ministère de la Culture, DGCA - DRAC Midi-Pyrénées - Conseil Régional Midi-Pyrénées pour l’aide à la création et le dispositif Résidences Association - Conseil Général de la Haute-Garonne - Mairie de Toulouse - Adami.