Fontenay-aux-Roses

Vive la Turakie libre

Sur les traces du ITFO

21 nov

Pionnier en France du théâtre d’objets, le Turak s’invite pour la première fois à MAR.T.O. avec un spectacle réjouissant.

Bien malin qui pourrait localiser la Turakie sur une carte du monde ! Voilà pourtant près de 30 ans que Michel Laubu en arpente les vastes territoires sans jamais repasser par les mêmes chemins, ramassant des objets autant que du rêve. Assurément, la Turakie est un « petit pays en géographie verticale inconnu de tous mais qui peut exister dans l’imaginaire de chacun ». Et peu importe au fond que les contours en demeurent flous, ici, pas de contrôle aux frontières. Infatigable bricoleur, ethnologue de nos imaginaires, l’homme fait théâtre de tout, surtout de ce qui ne sert plus, se trouve hors d’usage. Ustensiles oubliés, délaissés. Le théâtre, on le sait, est une histoire de fantômes.

Cette fois, c’est d’un orchestre disparu dont il s’agit. La scène s’ouvre sur une forêt de pupitres, d’étuis vides et d’instruments. Les bras passés dans les manches d’énergumènes patibulaires, Laubu et ses complices nous entraînent Sur les traces du ITFO (import’nawouak turakian folklorik orke stars) que de sévères mesures de restructuration venues d’en haut auront conduit à la grève. C’est la débandade.
Plus question d’harmonie, ni d’interpréter le Beau Dahu bleu - leur morceau fétiche, dont on n’entendra guère que les toutes premières notes telles de lointaines réminiscences que chacun reconnaît –, chacun veut sauver sa peau et la scène prend par moment des allures de western. Les marionnettistes planquent derrière des personnages aux longs manteaux et dégainent des trompettes plus vite que leur ombre pour tirer dans les projos. Les cantines à matériel deviennent des forts assiégés.

Pourtant la musique résiste et, après avoir déserté la scène, l’ensemble tout doucement se remet en place. Des pédaliers de bicyclettes viennent prendre le relais pour actionner d’antiques accordéons et les vieux barbons de l’orchestre se lancent dans une chorégraphie tout ce qu’il y a de plus frais. Fanfare fantôme mais vraie pièce musicale, la partition – pas celle du Beau Dahu bleu, celle du spectacle – est belle et les marionnettistes sont épaulés par de talentueux musiciens. La guitare de Rodolphe Burger, complice de quelques aventures précédentes, fait des apparitions dans la bande son et les instruments ressortent des boîtes pour résonner enfin à pleine puissance. On se laisse embarquer et ça fait chaud au cœur !

Maïa Bouteillet

Sur les traces du ITFO*

Turak Théâtre | durée 1h

21 NOV | ven 20h30 | Théâtre des Sources

Les Turak bricole de la poésie en grimpant sur des piles d’objets usés et dessine les contours d’un monde onirique. Parmi les ruines, on suit un orchestre fantôme, entre fanfare de chambre et électro-pop philharmonique de campagne. On y croise un musicien-sirène-derviche, chargé d’instruments ouverts à tous les vents, probablement né de la rencontre rêvée d’un pompier plongeur avec tuba et d’une charmante en queue de poisson des fonds marins.
* Import’ nawouak Turakian Folklorik Orke’stars

<sjcycle129|center>

Voir la vidéo

Auteur, metteur en scène, scénographe Michel Laubu | Avec la complicité de Emili Hufnagel | Musique Laurent Vichard | Guitare pré-enregistrée Rodolphe Burger |
Interprètes Michel Laubu, Marie-Pierre Pirson, Caroline Cybula, Emili Hufnagel | Musiciens live Laurent Vichard (bouzouki, clarinette basse, clavier), Frédéric
Roudet
(cuivres) | Lumière Timothy Marozzi | Son Hélène Kieffer | Construction décors et personnages Charly Frénéa, Géraldine Bonneton, Joseph Paillard, Emmeline Beaussier | Trombone pré-enregistré Loïc Bachevillier
Production Turak Théâtre (www.turak-theatre.com) | Coproduction Le Bateau Feu Scène Nationale de Dunkerque - Les Subsistances, Lyon - Le Carreau, Scène Nationale de Forbach - La Comédie de Saint Etienne, Centre Dramatique National - Théâtre Anne de Bretagne, Vannes - La Passerelle Scène Nationale de Gap - Théâtre Jean Renoir, Cran Gevrier. Soutiens l’Espace Paul Jargot, Crolles, ce texte a reçu l’aide à la création du Centre National du Théâtre.