Les 15 coups de MARTO !

Et voici que se profile déjà la 15e édition du Festival Marto avec un programme tout en contrastes !

Aussi étonnant que cela puisse paraître ce festival de marionnettes et théâtre d’objets, copiloté par six théâtres des Hauts-de-Seine et qui fut précurseur en la matière, n’avait jamais accueilli de spectacle du Turak — pourtant l’une des grandes compagnies françaises.
C’est chose faite désormais puisque le Théâtre des Sources de Fontenay-aux-Roses présente cette année Sur les traces du ITFO, autrement dit sur les traces d’un orchestre fantôme entre pupitres et instruments abandonnés. On s’en doute, le dernier opus de Michel Laubu, créé sur une musique de Rodolphe Burger, tient autant du concert que du théâtre d’objets.
Le lendemain on enchaîne avec La Nuit de la marionnette à Clamart qui, pour la 6e année, fait figure d’événement dans l’événement avec près d’une dizaine de compagnies, certaines très connues et d’autres toutes nouvelles, de 19h à 6h du matin.
Le Théâtre Jean Arp qui, au fil des éditions s’affirme de plus de plus comme la figure de proue de Marto, présente aussi trois autres propositions dans le festival. De Passage de Stéphane Jaubertie, mis en scène par Johanny Bert qui mêle théâtre d’ombres et d’objets pour aborder le délicat sujet du secret de famille, est programmé à Marto juste après sa création au Fracas, à Montluçon.
Josette Forever !, ultime et ambitieux spectacle de la fameuse compagnie Garin Troussebœuf reconnaissable à ses marionnettes en sacs et déjà venue à Clamart dans la Nuit de la marionnette. Et, en spectacle hors les murs, au Domaine de sceaux où le Théâtre Jean Arp a pris des habitudes, on verra Cœur cousu du collectif Les Baltringues — une jeune compagnie du Nord qui revendique la rencontre avec le public et le “cafouillage artistique”.
À Châtenay-Malabry, on retrouvera Duda Païva. Le danseur et marionnettiste brésilien virtuose installé aux Pays-Bas, déjà venu à Fontenay-aux-Roses et qui avait enchanté la 4e Nuit de la marionnette, présentera cette fois Bestiaire, un spectacle autour de la mythologie grecque avec un parfum de magie, quatre interprètes et autant de créatures de latex. De mouvement et de marionnette corporelle, il sera aussi fortement question dans [Hullu], “fou” en finnois, un spectacle autour du handicap et des corps différents créé par le jeune Blick théâtre, une émanation du Boustrophédon qui associe pareillement cirque et marionnette, présenté au Théâtre de Châtillon.
À Bagneux, au Théâtre Victor Hugo, on découvrira le travail de la compagnie CréatureS qui avec Mine noire déroule dans la robe d’une femme, comme dans un castelet, un monde miniature étrange et désespéré. Et, pour clore le festival, on filera à Malakoff pour découvrir le projet de Sylvain Maurice autour de La Pluie d’été de Marguerite Duras avec Histoire d’Ernesto. Un travail tout en jeux d’échelle réalisé avec des jeunes marionnettistes issus de l’école de la marionnette de Charleville-Mézières.
La diversité est vraiment au rendez-vous de cette 15e édition !

Maïa Bouteillet