Châtenay-Malabry

Soleil couchant & Go !

Tof théâtre & Polina Borisova

23 & 24 mars | mer, jeu 20h

VIDÉO POLINA BORISOVA › GO !


VIDÉO
TOF THÉÂTRE › DANS L’ATELIER & SOLEIL COUCHANT


Double plateau marionnettes avec deux virtuoses de la discipline


Deux figures des arts de la marionnette réunies le temps d’une soirée : en voilà une opportunité pour découvrir la vitalité de cette discipline ! Le Belge Alain Moreau, directeur artistique du Tof Théâtre, et la Russe Polina Borisova, repérée dès sa sortie en 2008 de l’École des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières, ont fait surgir dans leurs derniers spectacles deux figures de vieillards étonnantes, poétiques et même cocasses. Dans Soleil couchant, c’est l’intégralité de son corps, tête et buste exceptés, qu’Alain Moreau prête à un homme venu passer le temps sur une plage. Avec une précision saisissante, il parvient à reproduire les moindres hésitations de la vieillesse : comment faire quand le corps ne répond plus comme avant ? Quant à Polina Borisova, aux frontières du mime et du jeu masqué, elle campe dans Go ! une vieille femme seule qui fouille ses tiroirs pour en récolter une multitude de souvenirs du passé, qu’elle assemble avec des kilomètres de scotch… Tout aussi virtuose, un spectacle ciselé qui renvoie chacun à sa propre fragilité.

<sjcycle153|center>

Soleil Couchant

Tof Théâtre | Conception, mise en scène, scénographie, interprétation et marionnette Alain Moreau | Création musicale Max Vandervorst | Création lumières Dimitri Joukovski | Scénographie Geneviève Périat

Go !
Mise en scène, scénographie, interprétation Polina Borisova | Lumières et sons David Claveau

Durée 1h10
À partir de 16 ans

Mentions obligatoire
Soleil Couchant

Production Tof Théâtre. Coproduction ONZE, Biennale de la Marionnette et des Formes manipulées - Mayenne, Sarthe, Maine-et-Loire et My Luciole, accompagnement et production de spectacles vivants - Paris.
Le Tof Théâtre est subventionné par le Ministère de la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Province du Brabant Wallon.
Go !
Coproduction avec Odradek/Cie Pupella Noguès, Centre de Création et de Développement pour les Arts de la Marionnette.

Le grand retour du Tof théâtre

La compagnie belge, qui détient sans doute le record du nombre de représentations à MARTO !, revient avec deux spectacles on ne peut plus différents.

Si ce n’est qu’on retrouve comme toujours la question du rapport marionnette/manipulateur. Dans l’atelier, qui met aux prises le marionnettiste à sa marionnette sur l’établi, tient presque de la pochade. Sous couvert de révéler les coulisses de la fabrication, Dans l’atelier (présenté à Meudon), interroge les rapports de l’artiste à la matière, filant le scénario du pire où la marionnette, se découvrant une vie autonome et des instincts carnassiers, se métamorphose en une créature façon Frankenstein. Quand je suis dans l’atelier, je prends mon bloc de polystyrène, je commence à tailler et c’est comme ça que naissent les idées, en construisant un personnage, je commence à écrire son histoire, explique Alain Moreau, dans un entretien à la revue Ubu qui fait particulièrement écho à ce
spectacle. La dramaturgie vient de la matière. Les choses naissent progressivement
et parfois changent en cours de route. Après je les mets dans la main de comédiens
qui y apportent leur propre patte. Mais il y a des marionnettes qui, même
manipulées par des gens différents, gardent les mêmes caractéristiques comme si
elles avaient une vie propre... Mais ça, je préfère ne pas y penser
 !”.
Porté par deux jeunes interprètes, le spectacle opère une plaisante mise en abime où
le pantin fabriqué en direct se met aussitôt à l’ouvrage pour créer une autre
marionnette qui à peine façonnée se rebelle aussitôt. Ainsi la lutte
marionnette/marionnettiste se fait-elle par marionnette interposée… comme si les
objets de l’atelier se trouvaient finalement animés d’une vie propre. C’est à celui
prendra le dessus. Le ton est franchement drôle.


Radicalement différent est Soleil couchant (à Châtenay-Malabry), solo intimiste porté par Alain Moreau lui-même qui prête bras et jambes à la grande marionnette Jean, personnage emblématique du Tof que l’on a déjà vu dans Bistouri et dans les Bénévoles.
Autant l’énergie du premier est explosive, autant ce spectacle-ci est tout en nuances
et en gestes contenus. Il ne s’y passe presque rien si ce n’est le temps qui s’écoule,
la vie qui passe, qui est passée… Assis sur une dune de sable, un vieil homme au
réalisme confondant regarde au loin, ou à ses pieds. Il enlève une poussière
invisible sur son pantalon, laisse couler lentement du sable entre ses doigts, se sert
un verre de bière : autant de gestes du quotidien effectués avec la lenteur et la
fragilité coutumières des vieilles personnes et qui, pris dans la lumière du plateau,
acquièrent une force crépusculaire. Un théâtre de la présence qui s’appuie sur
l’incroyable travail d’acteur d’Alain Moreau qui a su trouver le corps d’un vieil
homme. Le poids qu’il met à chaque gestes, la distance exacte à laquelle il se tient
avec, dans et derrière la marionnette, tout cela fascine et serre le cœur. À
Châtenay-Malabry, Soleil couchant est présenté avec Go, virtuose solo de Polina Borisova qui, elle aussi, explore le corps vieillissant.

Maïa Bouteillet

La ferme des animaux

Ljubljana Puppet Theatre

29 › 31 mars | mar, mer, jeu à 20h30
En slovène surtitré en français

Un troupeau de marionnettes aux commandes de la fable politique d’Orwell

Branle-bas de combat à la ferme de Mr Jones ! Las d’être à la merci des hommes, cochons, chèvres, poules, chevaux, vache et coq décident de se révolter et d’établir une société où les animaux seront libres, égaux et travailleront pour eux-mêmes. Mais lorsque le cochon Napoléon s’installe au pouvoir, la Révolution prend brusquement des allures de tyrannie…

Publiée en août 1945 par George Orwell, l’auteur de 1984, La Ferme des animaux constitue une critique cinglante des dérives de la Révolution russe et du stalinisme. Le Ljubljana Puppet Theatre, compagnie slovène de renommée internationale, en a tiré un savoureux spectacle pour cinquante petites marionnettes animalières, saisissantes de vérité et même… d’humanité. Des jours glorieux aux lendemains qui déchantent, une parabole divertissante autant qu’éclairante !

Durée 1h15
À partir de 12 ans
D’après George Orwell | Adaptation Andrej Rozman Roza | Mise en scène Vito Taufer