Salut public [création pour les 20 ans de MARTO !]

aalliicceelleessccaannnnee& ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii | en collaboration avec Samuel Beck

Samedi 14 mars à 15h & 17h45 | La Fabrique des Arts Malakoff

images, son et vidéo Maïa Bouteillet montage Elsa Quinette

LE CAS GUIGNOL

Invité à créer une forme courte pour les 20 ans du Festival MARTO !, le duo Alice & Sonia propose un retour aux fondamentaux. Malicieux !

Guignol, donc ; l’illustre nom est lâché. Comme un pied de nez aux théâtres commanditaires qui s’échinent depuis 20 ans à convaincre le public, que : non, la marionnette ce n’est pas que pour les enfants. En fait, Guignol, quand il est né, en 1808, au lendemain de la Révolution, comme Alice et Sonia se chargent de nous le rappeler, n’était pas non plus destiné à faire rire les enfants.
Ici, le castelet est une sorte de plateau télé — il y a même la plante verte — et le ton, celui de la vraie fausse conférence.
A l’ordre du jour, les questionnements de l’association Public vigilant autour du patrimoine marionnettique. Bref, un décryptage de la figure de Guignol, à l’appui d’extraits vidéo, d’une pseudo experte en psychiatrie censée analyser la violence inhérente aux aventures du pantin lyonnais et de scènes d’anthologie jouées en direct par un authentique marionnettiste. Samuel Beck, un pro de la gaine passé par le Théâtre aux Mains Nues (où le spectacle a d’ailleurs été répété) et par l’École nationale supérieure des arts de la marionnette de Charleville Mézières, qui, tout en servant le propos très pince-sans-rire de ses comparses, offre quelques passages de Guignol très joliment tournés.

Alice et Sonia nous suggèrent-elle que le public serait passé du côté du gendarme ? L’ancienne icône Guignol est désormais montré comme un personnage dangereux, une forte tête, corruptrice de la jeunesse, « un pervers narcissique ». D’ailleurs Public vigilant (dont le logo à l’œil bien ouvert n’est pas sans rappeler celui de Voisins vigilants) nous alerte : « les enfants exposés trop longtemps aux spectacles de Guignol encourent des risques ».
En quoi cette fameuse marionnette-ci (la marionnette en générale) est-elle tellement subversive ? En endossant les habits de la société répressive, guillotine à l’appui et ton sentencieux, les deux artistes questionnent aussi nos dérives contemporaines. Le final, où Guignol serait soluble dans le gendarme et inversement, en donne toute la mesure.

Les deux jeunes femmes, qui se sont rencontrées aux Beaux Arts de Paris, et œuvrent ensemble depuis 2010 entre arts visuels et arts vivants, entretiennent un rapport clairement politique à la représentation mais toujours assez décalé, bien que clairement annoncé dans des titres littéralement programmatiques.

Maïa Bouteillet


Comment fêter 20 ans de marionnettes sans inviter Guignol ? Certes, il est insupportable, sa présence suffisant à hystériser un public d’enfants. Certes, il est également violent, son principal hobby consistant à humilier le Gendarme, à l’aide de son fidèle bâton. Cela suffirait largement à justifier son incarcération…
ou son internement. Mais à l’âge de 212 ans, Guignol a gagné en maturité, et il est donc prêt à faire son propre bilan, calmement. De la Révolution française à La Reine des neiges, en passant par l’histoire de la psychiatrie et Le Gendarme à Saint-Tropez, il sera enfin possible pour le public (adulte) de découvrir la véritable histoire de ce personnage mythique et, qui sait ? D’en tomber littéralement amoureux.

> entrées libres sur réservation


Tournée MARTO !

6 MARS THÉÂTRE DE CHÂTILLON | SAM 18H30 & 21H
11 MARS UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE | MER 12H30 & 14H
13 MARS EN PARTENARIAT AVEC LA PADAF (PLATEFORME DES ACTEURS DE DEMAIN), UN SITE DE PLATEAU URBAIN | ANTONY
14 MARS LA FABRIQUE DES ARTS | MALAKOFF | SAM 15H & 17H45
› entrée libre sur réservation auprès des théâtres



idée originale et texte aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii
interprétation et mise en scène Samuel Beck, Sonia Derzypolski, Alice Lescanne
décor, marionnettes et accessoires Pauline Kocher et Romain Landat
regards extérieurs Renan Carteaux, Simon Delattre

Durée indicative 45 min

production festival MARTO ! et Théâtre de Châtillon