Plaidoyer pour les artistes | Latitude Marionnette

Affiche Festival MARTO · 2024
Plaidoyer pour les artistes | Latitude Marionnette

Au cœur d’un contexte politique déjà inquiétant et renforcé par l’actualité de ces derniers jours, nous prenons aujourd’hui la parole pour défendre celles et ceux qui sont le cœur vibrant de notre secteur du spectacle vivant : les artistes et les compagnies indépendantes.

Nous, directrices et directeurs de Centres nationaux de la Marionnette, de lieux conventionnés pour les arts de la marionnette, de Centres Dramatiques Nationaux, de Scène nationales, de Festivals, de Théâtres de ville, réunis au sein de l’association Latitude Marionnette, manifestons notre grande inquiétude.
Depuis plus de dix ans notre profession s’est fédérée pour faire émerger une nouvelle génération d’artistes-marionnettistes porteurs d’un renouvellement des esthétiques. Une véritable révolution est en cours dans nos ateliers et sur les scènes, tant par la nature des œuvres proposées que par les parcours de production, les itinéraires d’artistes et l’écho rencontré auprès du grand public.
La marionnette a non seulement changé d’échelle, permettant une alternance entre formes légères, nomades et spectacles plus ambitieux sur de grandes scènes et son image s’est profondément modifiée dans l’imaginaire collectif.

Cette construction patiente, cette structuration de toute une profession, tournée vers l’émergence et l’innovation, est aujourd’hui menacée par une crise sans précédent du secteur de la culture. Les cris d’alerte se multiplient : effondrement de la diffusion, 96 millions d’économie sur la ligne création du budget du Ministère de la Culture, coupes annoncées pour 2025 pour les établissements culturels. Attaqué par l’inflation et la crise de l’énergie, le disponible à l’artistique de nos lieux s’amenuise dangereusement mettant en péril la création d’œuvres nouvelles.
Nous assistons à la destruction d’un modèle à la française que l’Europe entière nous envie.

Dans cette désolation annoncée, les compagnies indépendantes et les artistes sont les plus violemment impactés. D’ores et déjà, des équipes administratives et artistiques disparaissent, des ateliers de construction ferment, l’emploi dans les secteurs est en chute libre et les calendriers de création se décalent faute de moyens.
Comment survivre dans cet environnement dégradé ?
C’est toute la diversité artistique de notre pays qui menace de disparaître.

Latitude Marionnette - Plaidoyer pour les artistes - Paris, le 13 juin 2024

Édito MARTO

L’heure est aux turbulences de toute nature et n’épargne pas les théâtres partenaires du festival MARTO. Cette année, certaines programmations seront restreintes, la traditionnelle Nuit de la marionnette n’aura pas lieu, mais le festival tient bon car les arts de la marionnette et de l’objet s’imposent !

D’est en ouest et du nord au sud, nous vous invitons plus que jamais à explorer un paysage marionnettique qui déborde les frontières géographiques et esthétiques. Pour cette édition, le festival accueille avec bonheur Kaori Ito, nouvelle directrice du TJP à Strasbourg, pour une création à partir du kintsugi japonais, ainsi que la nouvelle création des Anges au Plafond, à la tête du CDN de Rouen, qui nous convient à un impertinent voyage entre Grèce mythologique et contemporaine. La norvégienne Yngvild Aspeli descend du grand nord avec une adaptation troublante et rebelle du chef d’œuvre d’Ibsen, tandis que l’ensemble d’instruments javanais de la compagnie Pancha Indra accompagne les marionnettes indonésiennes dans la plus grande tradition du théâtre d’ombre.

Car les marionnettistes n’ont pas pour habitude de se tenir sages et questionnent sans relâche notre réalité : révolte et révolution graphique des Black Panthers par la compagnie F71, dérives de la science mises en perspective par la compagnie Espace blanc ou préoccupations adolescentes livrées sans filtre par La Bande passante.

Pour notre plus grand plaisir, ils n’ont de cesse de déjouer le réel pour créer des mondes à la lisière du fantastique et de la magie comme Élise Vigneron et son Théâtre de l’Entrouvert, la compagnie Yokaï ou la toute jeune Ornella Amanda.

Vous pourrez aussi retrouver le chapiteau de la compagnie Bêtes de foire et le cirque de Geneviève de Kermabon, glisser vos yeux dans Les P’tites maisons et vos têtes Au Jardin des Potiniers, et découvrir librement et sans modération avec les plus petits spectateurs La Nuit et Sha Doizo.

Nous vous espérons nombreux à nous rejoindre pour ce joyeux périple. Changeons d’air, renouvelons nos imaginaires !